Tout savoir sur l’architecture écologique

L’architecture écologique se réfère à la pratique de concevoir des bâtiments créant des environnements vivants. Ces environnements travaillent pour minimiser l’utilisation humaine des ressources. Cela se reflète à la fois dans les matériaux et les méthodes de construction d’un bâtiment. Il se reflète dans l’utilisation des ressources, telles que le chauffage, l’électricité, l’eau et le traitement des eaux usées.

Le concept de fonctionnement est que les structures ainsi conçues « soutiennent » leurs utilisateurs en fournissant des environnements sains. En plus le concept vise à améliorer la qualité de vie. Ceci est en évitant la production de déchets, afin de préserver la capacité de survie à long terme de l’espèce humaine.

Hunter et Amory Lovins du Rocky Mountain Institute disent que le but de l’architecture écologique est de:  « Répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ».

think green, penser vert


Cependant, le terme est large. Il décrit une grande variété d’aspects de la conception et de l’utilisation des bâtiments. Pour certains, cela s’applique à la conception de bâtiments qui produisent autant d’énergie qu’ils en consomment. Une autre interprétation appelle à prendre conscience de la signification spirituelle de la conception, de la construction et de l’emplacement d’un bâtiment. De plus, certains soutiennent que les bâtiments doivent favoriser le bien-être spirituel et physique de leurs utilisateurs.

Les bases de l'architecture écologique


La durabilité:

En ce qui concerne les ressources, la durabilité devient un terme largement utilisé avec le livre de Lester Brown, Construire une société durable, et avec la publication de la « Stratégie de conservation mondiale » de l’Union internationale pour la conservation de la nature en 1980.

En plus la durabilité décrit un état où les ressources naturelles renouvelables s’utilisent d’une manière qui ne les élimine pas. Egalement la durabilité ne dégrade pas ces ressources ou elle ne diminue pas leur utilité renouvelable pour les générations futures. Certes la durabilité maintient les stocks de ressources naturelles constants ou non décroissants comme le sol, les eaux souterraines et la biomasse (World Resources Institute).

Avant «architecture écologique», le terme «architecture solaire» exprime une approche architecturale. Une approche qui vise à réduire la consommation de ressources naturelles et de combustibles en captant l’énergie solaire. Cela a évolué vers le concept actuel et plus large d’architecture écologique. Le concept  élargit la portée des problèmes impliqués pour inclure:

  • le contrôle du climat,
  • la production alimentaire,
  • la purification de l’air,
  • l’utilisation de l’eau,
  • la récupération des déchets solides,
  • le traitement des eaux usées,
  • l’efficacité énergétique globale.

Il englobe également les matériaux de construction. En plus le concept met aussi l’accent sur l’utilisation de matériaux locaux, de ressources renouvelables et de matériaux recyclés, et le confort mental et physique des habitants du bâtiment. De plus, l’architecture écologique nécessite l’implantation et la conception d’un bâtiment en harmonie avec son environnement.

architecture écologique et conception durable


Les 5 principes d’architecture écologique selon l’ONU:

1. Environnement intérieur sain.

Il faut garantir que les matériaux et les systèmes de construction n’émettent pas de substances et de gaz toxiques dans l’atmosphère intérieure. Certes il se trouve aussi des mesures supplémentaires pour assainir et revitaliser l’air intérieur grâce à la filtration et aux plantations.

architecture écologique pour une vie saine


2. Efficacité des ressources.

éclairage écologique


Toutes les mesures possibles doivent être prises pour garantir une utilisation minimale de l’énergie et des autres ressources du bâtiment. En plus les systèmes de refroidissement, de chauffage et d’éclairage doivent utiliser des méthodes et des produits économiques. Ces derniers doivent conserver ou éliminer la consommation d’énergie. La consommation d’eau et la production d’eaux usées sont minimisées.

3. Matériaux écologiquement bénins.

Matériaux écologiques en bois


Le bois utilisé est sélectionné en fonction de pratiques forestières non destructives. Egalement d’autres matériaux et produits doivent être considérés en fonction de la production de déchets toxiques de la production. De nombreux praticiens citent un critère supplémentaire: que les coûts environnementaux et sociétaux à long terme de la production des matériaux du bâtiment doivent être pris en compte et se révéler conformes aux objectifs de durabilité.

4. Forme environnementale.

Architecture écologique dans sa dimension environnementale


Toutes les mesures possibles doivent être prises pour relier la forme et le plan de la conception au site, à la région et au climat. Alors pour « guérir » et augmenter l’écologie du site il faut prendre en compte quelques mesures. En plus les aménagements doivent être faits pour le recyclage et l’efficacité énergétique. En plus d’autres considérations doivent être prises pour relier la forme du bâtiment à une relation harmonieuse entre les habitants et la nature.

5. Une architecture écologique avec un bon design.

Design de maison écologique


Toutes les mesures possibles doivent être prises pour établir une relation efficace, durable et élégante entre l’utilisation de la zone, la circulation, la forme du bâtiment, les systèmes mécaniques et la technologie de construction. Les relations symboliques avec l’histoire appropriée, la Terre et les principes spirituels doivent être recherchées et exprimées. Les bâtiments finis doivent être bien construits, faciles à utiliser et beaux.

L’architecture écologique comme mouvement

Le mouvement de l'architecture commerciale écologiue


Certains soutiennent que l’architecture écologique fait référence à un processus et à une attitude ou à un point de vue. La durabilité est « un processus de consommation responsable. Par conséquent les déchets sont minimisés et les bâtiments interagissent de manière équilibrée avec les environnements et les cycles naturels. Alors la durabilité équilibre les désirs et les activités de l’humanité dans l’intégrité et la capacité de charge de la nature. De plus elle réalise une stabilité, à long terme dans les limites de leur environnement local et mondial.

Cependant, une architecture écologique ne signifie pas nécessairement une réduction du confort des matériaux. La durabilité représente une transition d’une période de dégradation de l’environnement naturel  à un environnement plus humain et naturel. Il en fait plus avec moins.

Les partisans de l’architecture écologique débattent occasionnellement les applications plus larges du terme. Certains disent que les bâtiments durables devraient générer plus d’énergie au fil du temps. L’énergie qui était nécessaire pour construire, fabriquer leurs matériaux, les exploiter et les entretenir. Ceci est également appelé «architecture régénérative». Pour d’autres, il s’agit simplement d’une approche visant à rendre les bâtiments moins consommateurs de ressources naturelles.

Aspects spirituels de l’architecture écologique

Un point de vue spirituel est que l’architecture écologique est «l’intendance». C’est une reconnaissance et une célébration de l’environnement humain en tant que partie vitale de l’univers plus vaste et du rôle de l’humanité en tant que gardiens de la terre. Vu sous cet angle, les ressources sont considérées comme sacrées. Une autre perspective est que la création d’un bâtiment à l’image d’un système vivant est quelque peu religieuse. En effet une entité divine crée un ordre vivant.

Plutôt que de représenter un retour à la vie de subsistance, les bâtiments conçus pour la durabilité visent à améliorer la qualité et le niveau de vie. L’architecture écologique reconnaît les gens comme des gardiens temporaires de leur environnement. Elle travaille vers le respect des systèmes naturels et une meilleure qualité de vie.

La montée de la conscience écologique

Le prise de conscience pour l'architecture écologique


Aux États-Unis, le plaidoyer en faveur de l’environnement, en tant que force sociale organisée, a pris son premier essor sérieux dans le cadre du mouvement de jeunesse des années 1960. En rébellion contre les maux perçus de la congestion des immeubles de grande hauteur et de l’étalement urbain, certains des éco-activistes les plus anciens et les plus dévoués se sont installés dans les communes rurales, où ils vivaient dans des structures en forme de tente et des dômes géodésiques. Dans un certain sens, cette première vague d’architecture verte était basée sur l’admiration du premier mode de vie amérindien et son impact minimal sur la terre. En même temps, en s’isolant de la grande communauté, ces jeunes écologistes ignoraient l’un des principes les plus importants de l’écologie: que les éléments interdépendants travaillent en harmonie pour le bien de l’ensemble.

Parmi les pionniers influents qui ont soutenu une mission plus intégrative dans les années 60 et au début des années 70, on compte le critique d’architecture et philosophe social américain Lewis Mumford, l’architecte paysagiste américain d’origine écossaise Ian McHarg et le scientifique britannique James Lovelock. Ils ont ouvert la voie à la définition du design écologique et ont contribué de manière significative à la vulgarisation des principes environnementaux.

Par exemple, en 1973, Mumford a proposé une philosophie environnementale simple:

La solution de la crise énergétique semblerait simple: transformer l’énergie solaire via les plantes et produire suffisamment de nourriture et de main-d’œuvre sous des formes qui élimineraient les déchets et les perversions d’énergie exigées par notre technologie à haute énergie. Bref, plantez, mangez et travaillez!

McHarg, qui a fondé le département d’architecture paysagère de l’Université de Pennsylvanie, a posé les règles de base de l’architecture verte dans son livre fondateur Design with Nature (1969). Il envisage le rôle des êtres humains en tant que gardiens de l’environnement. McHarg a plaidé pour une stratégie organisationnelle, appelée «développement de grappes». Celle qui concentrerait les centres de vie et laisserait autant d’environnement naturel que possible pour s’épanouir selon ses propres termes. À cet égard, McHarg était un visionnaire, il considérait la Terre comme une entité autonome et dangereusement menacée.

Ce concept de «Terre entière» est également devenu la base de l’hypothèse de Lovelock Gaia. Nommée d’après la déesse grecque de la Terre. Son hypothèse définit la planète entière comme un seul organisme unifié, se maintenant continuellement pour survivre. Il a décrit cet organisme comme une entité complexe impliquant la biosphère, l’atmosphère, les océans et le sol de la Terre. L’ensemble constituant un système de rétroaction ou cybernétique qui cherche un environnement physique et chimique optimal pour la vie sur cette planète.

Le design vert prend racine

Les racines du design vert


Au milieu des années 80 et dans les années 90, le nombre de sociétés de défense de l’environnement a radicalement augmenté; des groupes tels que Greenpeace, Environmental Action, le Sierra Club, les Amis de la Terre et Nature Conservancy ont tous connu des adhésions en plein essor. Pour les architectes et les constructeurs, une étape importante a été la formulation en 1994 des normes LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), établies et administrées par le U.S.Green Building Council. Ces normes ont fourni des critères mesurables pour la conception et la construction de bâtiments respectueux de l’environnement.

Les qualifications de base sont les suivantes:

1. Le développement durable du site implique, dans la mesure du possible, la réutilisation des bâtiments existants et la préservation de l’environnement. L’incorporation d’abris en terre, de jardins sur le toit et de vastes plantations dans et autour des bâtiments est encouragée.

2. L’eau se conserve par divers moyens, notamment le nettoyage et le recyclage de l’eau grise. De même on peut conserver l’eau par l’installation de captages bâtiment par bâtiment pour l’eau de pluie. En plus la surveillance de la consommation d’eau et l’approvisionnement est nécessaire.

3. L’efficacité énergétique peut augmenter de diverses manières. Par exemple en orientant les bâtiments pour tirer pleinement parti des changements saisonniers de la position du soleil. On peut aussi utiliser des sources d’énergie diversifiées et adaptées aux régions, qui peuvent, selon la situation géographique, comprennent l’énergie solaire, éolienne, géothermique, la biomasse, l’eau ou le gaz naturel.

4. Les matériaux les plus souhaitables sont ceux qui sont recyclés ou renouvelables et ceux qui nécessitent le moins d’énergie pour être fabriqués. Idéalement, ils sont d’origine locale et exempts de produits chimiques nocifs. Ils contiennent des ingrédients bruts non polluants et sont durables et recyclables.

5. La qualité de l’environnement intérieur répond aux problèmes qui influencent la façon dont l’individu se sent dans un espace et implique des caractéristiques telles que le sentiment de contrôle sur l’espace personnel, la ventilation, le contrôle de la température et l’utilisation de matériaux qui n’émettent pas de gaz toxiques.

Exemples des études d’architectes  sur l’architecture écologique

Les années 80 et le début des années 90 ont suscité une nouvelle vague d’intérêt pour le mouvement environnemental et la montée en puissance d’un groupe d’architectes verts plus sensibles aux réalités sociales et plus philosophiques.

  • Malcolm Wells

L’architecte américain Malcolm Wells s’est opposé à l’héritage de l’ostentation architecturale et des agressions agressives sur le terrain en faveur de l’impact doux des bâtiments souterrains et à l’abri de la terre, illustré par sa maison de 1980 à Brewster, Massachusetts. Le faible impact, dans les deux énergies l’utilisation et l’effet visuel d’une structure entourée de terre créent une architecture presque invisible et un idéal vert. L’architecte Wells a expliqué que c’est un type de bâtiment souterrain «ensoleillé, sec et agréable». Il  «offre d’énormes économies de carburant et une alternative silencieuse et verte à la société de l’asphalte».

  • Amory Lovins

Le physicien américain Amory Lovins et son épouse, Hunter Lovins, ont fondé le Rocky Mountain Institute en 1982. Elle représente un centre de recherche pour l’étude et la promotion de l’approche du «système global». McHarg et Lovelock favorise cet institut. Des années avant la publication des normes LEED, l’institut, installé dans un bâtiment à la fois économe en énergie et esthétique, a formulé le principe fondamental d’une architecture verte authentique. Ce principe est d’utiliser la plus grande proportion possible de ressources et de matériaux régionaux. Contrairement à la pratique conventionnelle et inefficace de dessiner des matériaux et de l’énergie à partir de sources centralisées éloignées, l’équipe Lovins a suivi la «voie de l’énergie douce» pour l’architecture. C’est-à-dire qu’elle a puisé à partir de sources d’énergie alternatives.

  • Pliny Fisk III

L’architecte américain Pliny Fisk III a fondé Le Center for Maximum Potential Building Systems Max Pot, en 1975 à Austin, Texas, par . A la fin des années 1980, il s’est joint à d’autres pour soutenir une communauté agricole expérimentale appelée Blueprint Farm, à Laredo, Texas. Sa mission plus large était d’étudier les corrélations entre les conditions de vie, la vie botanique, la culture des aliments et les impératifs économiques et écologiques de la construction.

Cette installation a été construite comme un prototype intégrateur. Elle reconnaisse que la nature se nourrit de la diversité. Fisk a conclu que les territoires à entreprise unique et à culture unique sont dysfonctionnels sur le plan environnemental. Ceci signifie, par exemple, que tous les prédateurs d’une culture convergent, les défenses naturelles sont dépassées et la pulvérisation de produits chimiques pour éliminer les insectes et les mauvaises herbes devient obligatoire. À tous égards, Blueprint Farm était synonyme de développement communautaire diversifié et imprévisible.

Les cultures étaient variées et les bâtiments étaient construits en acier recueilli sur des plates-formes pétrolières abandonnées. Ils ont vécu combiné  des améliorations telles que des bermes de terre, des toits de gazon et des ballots de paille. Des panneaux photovoltaïques, le refroidissement par évaporation et l’énergie éolienne ont été incorporés dans cette démonstration utopique des relations symbiotiques entre l’agriculture et les normes des communautés vertes.

  • William McDonough

L’architecte américain William McDonough est devenu célèbre en matière de design écologique en 1985 avec son Environmental Defence Fund Building à New York. Cette structure a été l’une des premières icônes civiques pour la conservation de l’énergie. Elle résulte de l’examen minutieux de l’architecte de tous ses produits d’intérieur, de la technologie de construction et des systèmes de traitement de l’air.

Depuis lors, la firme de McDonough a établi de précieuses stratégies de planification. Elle a construit de nombreux autres bâtiments écologiques. Parmi ces derniers on cite:

  • l’usine Herman Miller et ses bureaux (Holland, Mich., 1995),
  • les bureaux de Gap, Inc. (San Bruno, Californie, 1997 ),
  • et le centre Adam Joseph Lewis d’Oberlin College pour les études environnementales (Oberlin, Ohio, 2001).

La principale contribution de McDonough à l’évolution de la conception durable a été son engagement envers ce qu’il a appelé la «conception écologiquement intelligente». En fait c’est un processus qui implique la coopération de l’architecte, des chefs d’entreprise et des scientifiques. Ce principe de conception prend en compte la «biographie» de chaque aspect de la fabrication, de l’utilisation et de l’élimination: le choix des ingrédients bruts, le transport des matériaux vers l’usine, le processus de fabrication, la durabilité des produits fabriqués, l’utilisabilité des produits et le potentiel de recyclage.

La dernière version du principe de McDonough s’appelle conception «du berceau au berceau». Elle se concentre sur la propre économie sans déchets de la nature. Elle plaide fortement en faveur de l’objectif du retraitement. Un objectif dans lequel chaque élément utilisé ou résultant du processus de fabrication a sa propre valeur de recyclage intégrée.

Architecture écologique, l’avenir vert du design

Design créatif de l'architecture écologique verte


La préparation d’un avenir durable et écologique est au premier plan de nombreux esprits des architectes. Et elle crée des innovations de conception passionnantes. L’architecture durable vise aujourd’hui à créer des bâtiments fonctionnels. Des bâtiment qui continueront d’avoir un impact environnemental minimal et une faible consommation d’énergie pour aider les générations de demain. Ces techniques de conception respectueuses de l’environnement ouvrent la voie à un tout nouveau type d’architecture durable.

Bâtiments intelligents

Concept de batiment écologique intelligent


La conception de l’architecture écologique s’infiltre dans à peu près tous les domaines de l’architecture. On la trouve dans les résidences publiques et privées, notamment dans les espaces de bureaux et les établissements d’enseignement. Les propriétés privées de luxe présentent certains des exemples les plus opulents. Ils montrent la façon qu’un une vie durable peut se réaliser sans compromettre le mode de vie.

Nous avons tous entendu parler de toits en herbe, de murs vivants et de plantations verticales. Cependant ce ne sont que les premières étapes sur la voie d’une architecture durable. Les bâtiments intelligents régulent leur propre température. Ils contrôlent la lumière naturelle du bâtiment pour le chauffage et le refroidissement. Puis, ils dirigent la ventilation naturelle de l’extérieur. Certains bâtiments utilisent des caractéristiques de piscine ou d’étang pour améliorer le refroidissement. Alors d’autres recyclent l’eau de pluie.

Le secteur social durable

À travers l’Amérique, plusieurs projets innovants d’architecture écologique ont eu un impact sur le monde du design en 2016. On cite des exemples comme:

  • la Dixon Water Foundation au Texas

 

Dixon Water Foundation au Texas


  • bâtiments universitaires du Wyoming,
  • la nouvelle bibliothèque de Berkley. C’est la première bibliothèque publique certifiée à consommation d’énergie nette zéro. en Californie.

architecure écologique de bibliothèque


Ces institutions utilisent l’eau de pluie recyclée. Ils intègrent des plantes et des espaces verts dans les espaces intérieurs et extérieurs. En plus ils incluent des alternatives d’énergie renouvelable intégrées. Les appartements René Cazenave à San Francisco ont un toit végétalisé, un auvent solaire et un système d’irrigation intelligent. Egalement, ils abritent également d’anciens sans-abri.

Architecture écologique dans les villes

Les quartiers éco-friendly


Au-delà des technologies standard à faible émission de carbone et des systèmes de refroidissement urbains intelligents, l’architecture durable dans les villes a également commencé à intégrer des espaces verts naturels dans ses conceptions. Avec la croissance constante des villes et la prédiction selon laquelle 70% de la population mondiale sera urbaine d’ici 2050. Evidemment, le besoin de verdure est plus important que jamais.

En effet l’accès régulier à la nature présente des avantages quantifiables pour la santé mentale et physique. Certes l’intégration de la nature améliore la qualité de vie.

Dans des villes chaudes et surpeuplées comme Singapour, les entreprises d’architecture comme WOHA ont un impact avec des bâtiments à émissions nettes nulles. Ils intègrent des plantations vertes à tous les niveaux, même dans leur hôtel de 27 étages. L’Université nationale de Singapour a commencé à travailler sur son école de design. D’ailleurs cette école est également destinée à être un bâtiment à émissions nettes zéro. D’où elle met l’accent sur les éléments verts.

Architecture écologique sur le marché résidentiel

Architecture écologique des residences


Loin des immeubles de bureaux et des logements du centre-ville, le cabinet d’architecture Guz Architects brouille les frontières entre nature et design dans leurs maisons de luxe. Ils construisent souvent des sources d’eau et des arbres dans leur conception. Ils créent un accès à plusieurs niveaux à la verdure, avec des vérandas luxuriantes et des plantations verticales. L’accent mis sur la nature ne fera que croître. En effet cette année a marqué la 6e Conférence internationale sur l’harmonisation entre l’architecture et la nature.

Engel & Völkers possède une vaste expérience dans le secteur immobilier international, avec des agences immobilières dans 32 pays à travers le monde. Visitez notre site Web pour rester à jour sur les dernières tendances en matière d’architecture durable.

FAQ de l’architecture écologique

Qu’elle est la définition de l’architecture écologique ?

L’architecture écologique est l'intention de réduire ou d'éliminer complètement les impacts environnementaux négatifs grâce à des conceptions réfléchies.

Qu'est-ce que l'architecture verte et le design durable?

L'architecture verte est une méthode durable de conception de bâtiments écologiques. C'est la conception et la construction en tenant compte de l'environnement. Les architectes verts travaillent généralement avec les concepts clés de la création d'une maison écoénergétique et respectueuse de l'environnement.

Pourquoi l'architecture écologique est-elle si importante?

L'architecture écologique s'efforce de construire ou de rénover des maisons et des bâtiments en utilisant une combinaison de technologies écoénergétiques, de matériaux renouvelables et d'un design innovant. Cette approche réduit les déchets et utilise des produits durables, ce qui minimise l'impact environnemental d'un nouveau développement.

Quels sont les grands principes de l’architecture écologique?

Les principes de l’architecture écologique sont les fondements de ce que ce concept représente. Par conséquent, l’architecture écologique se compose de trois piliers: économique, social et environnemental. Ces principes sont également utilisés de manière informelle comme profit, personnes et planète.

Lire aussi:

(8146)