The Revolution Hotel, une architecture qui porte bien son nom.

The Revolution Hotel

The Revolution Hotel, l’hôtel n ° 1 2019 de Conde Nast Traveler à Boston, n’est pas qu’un bâtiment pour y résider c’est un lieu à découvrir !

Pour cause et d’après la description des architectes, The Revolution Hotel répond à la vision du client pour un hommage à l’histoire de Boston. En effet, l’équipe de conception de PCA a adopté une approche à plusieurs niveaux. Une approche visant à créer des moments passionnants, immersifs et engageants dans le cadre majestueux d’un ancien YWCA des années 1950.

Leur motivation ? C’est les voyageurs, qui d’aujourd’hui recherchent des expériences immersives, au-delà du confort standard des chambres d’hôtel. Une expérience unique d’une architecture où la créativité dépasse les limites visibles des murs.

Examinons l’aspect morphologique de ce bâtiment et ses répercussions sur l’expérience spatiale.

Les œuvres d’art dans The Revolution Hotel débordent du cadre

D’abord, les lignes épurées et l’architecture expansive du bâtiment du milieu du siècle contrastent avec les graphismes et l’art de la rue.

De plus, la collaboration de PCA avec Adam & Co et Provenance Hotels a généré un mirage d’histoires qui utilisent l’hôtel comme toile de fond parfaite pour les réseaux sociaux.

Des œuvres d’art à grande échelle

  • Il y’a la peinture murale à la main, peinte à la bombe de Tristan Eaton
  • Les trois étages de collage des inventions de Boston de The Individual Collective
  • Et finalement, le motif moderne du milieu du siècle de Mark Grundig sur les sols en béton

Des découvertes à plus petite échelle

· Comme un papier peint personnalisé montrant des icônes des « premières de Boston »

· Des moments historiques importants intégrés dans une dalle de bar « Big Old Elm » de Boston, permettent aux clients de trouver quelque chose de nouveau à chaque tournant.

Quand la contrainte devient source d’originalité

L’hôtel de 164 chambres offre un séjour haut de gamme dans une chambre de superficie efficace, en moyenne 125 SF. Contraint par l’architecture du dortoir du bâtiment existant, une approche commune pour tous les meubles n’a pas pu être appliquée.

Résultat, 41 variations de chambres, chacune avec des meubles personnalisés.

Bien que, la plupart des chambres manquent d’espace pour une salle de bain privée, les suites de bain de type spa dans le couloir offrent les commodités d’un séjour de luxe.

The Revolution Hotel offre un espace de co-travail

En bas, l’hôtel présente le premier espace de co-travail au sein d’un hôtel de Boston. Offrant aux travailleurs nomades et aux clients de l’hôtel un café, du thé, de l’eau et des bavardages illimités, cet espace abrite le jour les futurs révolutionnaires de Boston et un endroit pour interagir la nuit.

Un voyage à travers le temps

Pour commencer, les architecte ont utilisé le bâtiment moderne du milieu du siècle comme une scène. De ce fait, The Revolution Hotel préserve le passé tout en créant quelque chose de complètement nouveau. En outre, le design y célèbre les ossements modernes du milieu du siècle avec des améliorations de bon goût et une architecture majestueuse juxtaposée à un art et des graphismes audacieux et modernes.

En somme, le contraste de l’ancien et du moderne met en valeur l’histoire du bâtiment. Ceci donne du poids et du contexte aux histoires racontées avec une authenticité qui ne peut tout simplement pas être recréer à partir de zéro.

The Revolution Hotel est destiné au voyageur en quête d’expérience d’aujourd’hui. L’hôtel combine des chambres efficaces avec des espaces communs dynamiques et attrayants à un prix abordable.

Ainsi, ce mélange d’art, de culture et de narration connaît un immense succès. Ce concept attire un large éventail de voyageurs et de résidents locaux pour découvrir la ville sous un nouveau jour.

Si vous aimez l’architecture immersive je vous invite à faire l’expérience d’Ayla Golf Club, 4 caractéristiques d’une architecture immersive.

Information sur l’architecture

Emplacement du projet : Boston, Massachusetts, États-Unis.

Architectes : PCA / Prellwitz Chilinski Associates.

Superficie : 6782.015m²

An : 2018

Photographies : Robert Benson, Regan Wood, Elisif Brandon.

Fabricants : AutoDesk, Cosentino, Enscape, Benjamin Moore, Daltile, Hafele, Idea Paint, Johnsonite, LG Hausys, Mohawk Flooring, Pratt & Lambert, Astek Wallcovering, California Paints, Conwed Wall, Creative Materials Corp. Design Direct Resources, Division 9 Collaborative , Erik Rueda Design Lab, Everlast, Iris, +13.

Équipe de conception : David Chilinski, FAIA – PIC; David Snell, AIA, LEED AP BD + C – PM / PA; Jillian D’Amato, NCDIQ, IIDA.

Architecte d’intérieur : Erika Deroche, AIA, LEED AP.

Architecte : Jim Coveno – CA; Membres de l’équipe : Max Diperstein, Emeline Gaujac, Lindsay Bach, Paige Guerreri, Shannon Epstein.

Clients : The Mount Vernon Company.

Ingénierie : C3 – MEP FP Engineering; Roome & Guaraccino

Entrepreneur : Kaplan Construction.

Consultants : Chamberlain Company – Menuiserie architecturale; Boston Light Source – Éclairage

Collaborateurs : Adam Larson, Adam & Co.

Directeur artistique : Tristan Eaton – Muraliste; Mark Grundig.

Artiste peintre : Collectif des individus – Artiste de la tour de l’innovation; Eric Rueda Design Lab.

Menuiserie spécialisée : Concepts de meubles – rembourrage personnalisé; Hôtels Provenance – Exploitant d’hôtel.

(179)